Très brève histoire de la Birmanie - Les bottes et le soutra

Bien que les premières traces de peuplement en Birmanie remontent au onzième millénaire avant Jésus-Christ, la première culture structurée recensée dans la région est celle des Môns, un peuple apparenté aux Khmers, établi dans le delta du fleuve Irrawaddy autour de 3000 ans avant notre ère. La très forte présence bouddhiste dans ce pays s'explique en partie par la propagation précoce de cette religion, dès le deuxième siècle avant J.C., sous l'impulsion d'Ashoka, l'un des plus grands souverains indiens, qui aurait reçu l'illumination avant d'œuvrer inlassablement en faveur de la diffusion des pensées du Bouddha.

Japon, 365 us et coutumes - Une boîte de sucreries trop vite finie...

David Michaud propose une compilation d’anecdotes sur la vie des Japonais au quotidien.

Outrage, de Takeshi Kitano - Retour aux sources et dérouillage en règle

La presse a beau écrire ce qu’elle veut, un cinéphile averti ne peut pas passer à côté d’un Kitano. L’enfant terrible du cinéma japonais, réalisateur, acteur, peintre à ses heures attire irrésistiblement dans son sillage des hordes de détracteurs et une foule d’admirateurs.

Le dōbutsu shōgi - Et le shogi devient un jeu d'enfant !

Le dōbutsu shōgi est une variante du shogi crée par la joueuse professionnelle Madoka Kitao, pour attirer les femmes vers le jeu et le faire découvrir aux plus jeunes.

Hommage à Satoshi Kon - Maître des rêves

Mardi 24 août 2010, journée de deuil pour l'animation japonaise. En ce jour funeste, un de ses plus grands représentants vient de s'éteindre, des suites d'une longue maladie. Atteint d'un cancer, Satoshi Kon vient en effet de rendre son dernier souffle, à l'âge de 46 ans. Hommage à cette immense figure du monde de l'animation, visionnaire avant tout.

Summer Wars - Un été au pays d'OZ

Summer Wars, film d'animation signé Mamoru Hosoda, propose un agréable divertissement autour du thème de la réalité virtuelle et de l'avenir des plateformes communautaires. Mêlant les genres, témoignant d'une véritable maestria visuelle, Summer Wars plonge le spectateur dans un scénario original où la tradition et la modernité jouent un rôle égal.

Le Crépuscule des samouraïs - De l'âge d'or à la chute

Le Crépuscule des samouraïs propose une présentation détaillée et accessible de l'histoire de ces célèbres guerriers japonais. Par un récit rigoureux fourmillant de détails et d'anecdotes, il permet au lecteur de découvrir l'histoire tumultueuse des samouraïs, dans toute sa complexité, depuis leur avènement jusqu'à leur chute.

Le Goïta - La tuile ? Non, les cartes !

Le goïta est un jeu traditionnel japonais dont l'origine remonterait à la fin de l'ère Edo (milieu du XIXème siècle). Il serait apparu après le uke shogi. Le goïta provient plus précisément de la ville de Notocho, située dans la préfecture d'Ishikawa en Ushitsu, sur l'île de Honshu. Il se joue normalement avec des tuiles de bambou ou des pièces en bois comparables à celles du shogi. L'idée d'en faire un jeu de cartes serait née du fait qu'il était plus facile de transporter et de mélanger des cartes que des tuiles.

Le Qiguo Xiang Qi - Chaînon manquant des échecs chinois

Le Qiguo Xiang Qi marque l'une des étapes les plus cruciales dans le développement de la véritable galaxie de variantes gravitant autour du Xianq Qi*. Né en Chine au XIe siècle, il se pratique avec 4 à 7 joueurs. Le niveau du jeu est élevé, et la durée moyenne d'une partie se situe entre 1 à 2 heures.

Mourir pour l'Afghanistan - Mortelle randonnée

Le 18 août 2008, au cours d'une embuscade entre les villages de Surobi et Sper Kunday, dans la vallée de l'Uzbin en Afghanistan, dix soldats français trouvent la mort, tandis que vingt-et-un autres sont blessés. Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialiste des questions de Défense à Libération, revient sur cette terrible escarmouche, qui rappela soudain à toute une nation que la France était engagée dans une guerre lointaine depuis sept ans.

Atlas du Japon - Le dessous des cartes

Géographe, professeur et pourfendeur d'idées reçues*, Philipe Pelletier publie aux éditions « Autrement » un remarquable Atlas du Japon. Bien que ce bref ouvrage ne soit pas toujours accessible au béotien du fait de son jargon parfois hermétique, il livre des clés précieuses à la compréhension d'une culture décidément unique, et bat en brèche les clichés tenaces qui collent à la peau du « Pays où le soleil se lève », tel que le baptisèrent les Chinois.

Gobi - Gengis Khan - L'empereur et le bouffon

Ils sont légion, les auteurs qui ont tenté d'approcher la figure du « conquérant du monde » : Temujin, plus connu sous le nom de Gengis Khan. Un nom qui fit trembler des myriades de peuples et nations, depuis les prairies enneigées de Pologne jusqu'aux jungles de la Chine méridionale. Loin des récits sanglants propres au roman historique, le Norvégien Tor Aage Bringsvaerd livre ici un objet littéraire inclassable, empruntant à la chanson de geste comme au conte initiatique. L'écrivain s'affranchit de toute entrave pour narrer le parcours de « l'empereur universel » par la bouche d'un bouffon proscrit, réfugié dans le giron d'une putain hospitalière, à l'ombre de la Grande Muraille.

Les Grenouilles Samouraïs de l'étang de Genji - Mini-moto contre Tai-chat !

Grenouillettes et grenouillets jouent sur les feuilles des nénuphars de l'étang des Genji. Ils écoutent Grand-Père Crapaud qui leur raconte, au son du biwa, une très vieille histoire : La bataille des Genji et des Heike, relatant le terrible combat des rainettes samouraïs contre le chat Munemori...

Bamboo Orchestra - Un jour, ils ont rencontré… un bambou.

Tout a commencé lors d'un salon Parisien : la rencontre d'un forgeron japonais qui avait dans ses bagages des bambous immenses. Je trouvai alors ces bois tubulaires d'une beauté irréelle. Notre ami forgeron fit de très belles démonstrations de coupe et chacun repartit avec un morceau de bambou dédicacé. Quelque temps plus tard, lors d'un autre salon, cette fois-ci Marseillais, mon regard est attiré par un stand magnifique, orné d'immenses bambous, et où trônent de drôles de xylophones. Plus loin, sur une scène devant plusieurs centaines de chaises, tout un orchestre s'apprête à donner un concert exceptionnel. Son titre est déjà évocateur : « les pousses de Bamboo ».

Dijon Saiten, 17/18 octobre 2009 - Trois hommes et deux nuits blanches

Vendredi 19h50. Arrivé, comme d'habitude, 45 minutes avant à la gare, j'ai l'agréable surprise de constater que tous les trains en partance de Paris vers le Sud auront au moins une demi-heure de retard, sauf ceux à destination de Dijon, ceci sans compter une équipe réduite à deux membres : un week-end fort mouvementé en perspective donc...

Redline - Preview

Prévu initialement pour être présenté en avant-première mondiale lors du festival international du film d'animation d'Annecy 2009, c'est finalement en Suisse, dans le cadre du festival international du film de Locarno, qu'a été présenté en exclusivité mondiale « Redline », film d'animation événement prévu dans les salles obscures nippones pour le printemps 2010.

Le cinéma japonais - Premiers repères

Qu'on soit cinéphile ou simple amateur de cinéma, on aura tendance à littéralement dévorer les films qui nous intéressent et autant de critiques de ces derniers; en cela le medium « internet » répond aux attentes de la plupart. Mais le plus souvent, quand on désire des informations différentes ou plus complètes, le livre devient un outil indispensable. « Le cinéma japonais » de Max Tessier atteste de cette réalité en permettant une première approche en toute simplicité des premiers reportages des frères Lumière aux films plus contemporains, y compris les films d'animation, oeuvres cinématographiques à part entière.

Ninja Gaiden II - Symphonie Ensanglantée

Quand on parle de la série Ninja Gaiden, on pense tout de suite à des titres graphiquement somptueux, une difficulté rarement atteinte et un gameplay exigeant qui ne trouvera son maître que dans les mains des joueurs les plus techniques. 13 ans après sa première apparition sur Nes et 4 ans après sa dernière sortie sur Xbox, Ryu Hayabusa revient plus agile que jamais dans un opus qui, tant visuellement que techniquement, ne pardonne pas...

Piano Forest - Ode à la musique

Fils d'un pianiste de renommé national, le jeune Shûhei Amamiya est tout naturellement destiné à un brillant avenir de pianiste professionnel. Au début de l'été, alors que sa famille emménage provisoirement dans une petite ville de province, ses camarades de classe lui parlent d'une étrange histoire : dans l'immense forêt qui surplombe toute la ville se trouverait un immense piano, magique selon les dires. Certains disent même que le soir venu, une douce mélodie s'élève de la profondeur de cette forêt. D'abord sceptique, Shûhei est alors interpellé par Kai, un jeune garçon au caractère bien trempé, qui affirme que ce piano est bien réel. Afin de prouver son affirmation, il décide d'emmener le nouveau venu au fin fond de la forêt où trône effectivement un majestueux piano. Pourtant, malgré tout son talent, le jeune Shûhei ne parvient à aucun moment à émettre le moindre son de l'instrument. Mystérieusement, seul Kai parvient à en jouer, et compose même une musique magnifique qui interpelle l'émotion du jeune pianiste. Il comprend alors très vite que, bien que venant d'un milieu pauvre et n'ayant jamais pris de leçons de musique, Kai est un génie qui possède des prédispositions particulières pour la musique.
Entre les deux jeunes garçons d'horizons diamétralement opposés mais liés par le piano va alors naître une franche et sincère amitié, jusqu'au jour où un grand concours national de piano se profile, où ils seront pour la première fois rivaux.

Kubera, Jambhala, Vaisravana - Itinéraire de la mutation d'une divinité (3)

Le cheminement à travers les âges et les représentations du dieu Kubera se poursuit (1). Des étonnants Dikpala (2) aux stèles et bronzes, la divinité s'établit désormais dans les temples. Sous l'influence du bouddhisme tantrique né en Inde au IV° siècle, les divinités et leurs formes respectives se multiplient. L'université de Nalanda l'avait grandement théorisé par écrit et il avait commencé à se diffuser grâce à la multitude et la diversité d'étudiants et de pèlerins qui s'y pressaient. Il s'impose au Tibet sous l'influence de Songtsen Gampo qui unifie le pays, et atteint sa forme la plus complexe dès le VII° siècle. Parmi ces divinités, les formes farouches sont particulièrement appréciées en terre himalayenne.

1 2 3 4 ... 40 Suivant →