Ran - Victoire par chaos

Au seuil de la vieillesse, le puissant seigneur Hidetora Ichimonji (Tatsuya Nakadai) réunit ses trois fils; Taro (Akira Terao), Jiro (Jinpachi Nezu) et Saburo (Daisuke Ryu) pour répartir entre eux les trois châteaux composant son domaine. Au milieu d'un magnifique paysage vallonné où vient de se dérouler une partie de chasse, les héritiers et les principaux vassaux Ayabe et Fujimaki (Jun Tazaki et Hitoshi Ueki) se réunissent pour entendre les volontés d'Hidetora. Cette scène simple en apparence est capitale car tout découle d'elle. Chacun des fils ayant reçu une flèche des mains du Seigneur, tous parviennent facilement à la briser. Leur père leur remet ensuite trois flèches qu'ils doivent également tenter de rompre. Cette fois, aucun n'y parvient. C'est sous cette forme que le seigneur Ichimonji donne son dernier conseil ; divisés, ils seront vaincus, unis, ils seront invincibles. Cependant, Saburo, le plus jeune des frères, s'entête et parvient à casser les flèches sur son genou, provoquant l'ire de son père qui le bannit avec son fidèle lieutenant, Tango (Masayuki Yui). Dès lors, les trahisons vont se multiplier en se nourrissant de l'ambition dévorante et de la rancoeur des protagonistes.










Les origines du drame

En écrivant le scénario de Ran, Akira Kurosawa s'intéressait avant tout à Motonari Mori (1497-1571), baron local devenu un des plus grands seigneurs de l'époque Sengoku. Après avoir hérité des domaines du clan Ouchi, il élimine les Amako et contrôle l'ouest du Honshu. Trop éloigné de Kyoto, la capitale, il n'aura cependant aucune influence sur l'unification du Japon qui se joue alors à l'est (entre Oda, Imagawa, Takeda, Hojo et Uesugi). Présentés dans l'histoire japonaise comme des modèles de piété familiale, ses trois fils gouverneront le fief en bonne intelligence. Toutefois, ils ne parviendront pas à empêcher la déchéance de leur clan, défait avec l'armée de l'Ouest par Tokugawa Ieyasu à Sekigahara en 1600.
"Je me suis demandé quel aurait été l'avenir de cette famille si les fils de Mori s'étaient opposés à leur père. C'est à partir de cette hypothèse que j'ai commencé à réfléchir au scénario. Puis, au fur et à mesure, le Roi Lear m'a influencé." Akira Kurosawa.
Pourquoi le Roi Lear ? Il y a de nombreuses raisons dont la principale reste, même s'il ne l'admet pas directement, le désir qu'a Kurosawa d'adapter ce drame de Shakespeare depuis 30 ans déjà. De la transposition formelle mais brillante de Macbeth à la culture japonaise avec "Le château de l'Araignée" (débuté en 1955) en passant par une première tentative incomplète (et probablement involontaire) pour le Roi Lear au travers de Kagemusha (1980), l'ambition du maître se révèle plus clairement. Il s'agit ici de fournir une trame dramatique solide à une fiction tirée de l'histoire japonaise en dépassant le travail très littéral réalisé avec "Le château de l'Araignée".
Au final, si la première influence est bien celle de Shakespeare, c'est la seconde, celle de l'histoire japonaise, qui a été déterminante pour concrétiser le projet dans l'esprit du réalisateur. Les trois filles de Lear deviennent trois fils, le Japon du XVI° siècle ne laissant guère de place aux femmes si ce n'est dans les coulisses du pouvoir. La succession heureuse du clan Mori laissait désormais place au tragique destin des Ichimonji...

Dame Renarde

Certains personnages, comme Ayabe et Fujimaki (qu'on peut d'ailleurs voir comme une incarnation de deux des vassaux de Mori, Kuki et Kobayakawa), sont traités assez superficiellement, au grand regret du célèbre scénariste Hideo Oguni. Ce dernier déplorera également l'absence du peuple, grand "oublié" du film puisqu'on n'en parle qu'un court instant, en signalant que des paysans se sont enfuis, sans jamais le voir. Autre personnage étrange, celui du "fou" d'Hidetora, Kyoami (Peter), fidèle à son seigneur jusqu'au plus profond de sa folie. Les femmes bénéficient d'une attention certaine, principalement Dame Kaede (Mieko Harada dont Kurosawa dira qu'elle était irremplaçable, contrairement à Jiro) qui rapelle Asaji (l'épouse de Washizu dans "Le château de l'Araignée") à cette différence près que ce ne sont ni l'avenir ni l'ambition qui l'obsèdent, mais le passé et la vengeance. Elle nous offre un jeu remarquablement dense et d'une variété incroyable, passant de l'épouse faible et soumise au démon impitoyable (mention spéciale au maître de Nô Honda qui lui apprend entre autres à servir le saké). Après avoir poussé Taro à la rébellion, elle séduit Jiro et le manipule pour obtenir la tête de son épouse officielle, Dame Sue (Yoshiko Miyazaki) qui, contrairement à elle, a pardonné Hidetora, responsable de la destruction de son clan et de l'aveuglement de son frère Tsurumaru (Mansai Nomura). Son rôle tout en douceur est malgré tout écrasé par la prestation exhubérante de Mieko Harada. Sa rivale est cependant épargnée par le lieutenant de Jiro, Kurogane (impressionnant Hisashi Igawa), le seul à garder la raison et le sens de l'honneur alors que la maison Ichimonji s'effondre, cernée par les forces coalisées d'Ayabe et Fujimaki. Pour preuve de la réussite de sa mission, il rapporte la tête soigneusement emballée de sa victime mais lorsque Dame Kaede s'en empare fébrilement, c'est une tête de renard qui roule sur le parquet... Kurogane prétend ne pas comprendre, supposant que Dame Sue était un démon renard changé en femme, à qui la mort a rendu son aspect d'origine. Folle de rage, Kaede comprend enfin que sa vengeance lui échappe, elle ne maîtrise plus le chaos qu'elle a contribué à créer. Opposition sublime entre la véritable femme habitée par l'esprit maléfique du démon renard, symbole de la sournoiserie et de la trahison, et la tête d'une fausse "Dame Renarde" supposée être Sue.







Jaune, Rouge, Bleu

Une couleur pour chaque héritier, marquant les forces en présence. Elles tranchent nettement sur le vert des décors lors des batailles (tournées dans le parc national du Mont Aso sur l'île de Kyushu), donnant un magnifique contraste pour les différents plans consacrés aux affrontements. D'ailleurs, en fait de combat, il n'y en a pas réellement. Aucun duel héroïque, rien que la vérité crue des conséquences; des cadavres sanguinolents empilés ici ou là avec un survivant mutilé regardant son avant-bras tranché qu'il a ramassé.
Non seulement le mouvement est privilégié, avec de superbes séquences où les armées semblent onduler telles des vagues colorées sur une mer de verdure, mais l'arquebuse prend le pas sur l'arme blanche. Tout au long du film, la lame semble dépassée, ornement dérisoire qui ne sert qu'à s'ôter la vie lorsque tout est perdu mais qui se dérobe même à l'instant de sauver l'honneur de son maître. Hidetora, brisé, à l'image du sabre qu'il serre désespérément, perd la raison au milieu du roulement de tonnerre continu des armes à feu tandis que, ironie suprême, des flèches enflammées incendient le donjon où il s'est réfugié.

Ce passage désespéré constitue d'ailleurs un des morceaux de bravoure du film, tant pour les acteurs que pour le personnel technique (L'action se déroulant en été, il faut éviter le moindre flocon de neige tout en gardant le contrôle du feu dans un décor gigantesque composé presque uniquement de matériaux inflammables). Les pentes volcaniques du Mont Fuji en plein hiver fournissent un cadre âpre et désolé, avec cette terre noire et sombre que même le sang ne parvient pas à rougir. C'est d'ailleurs la seule couleur des trois qui reste avant la fin; le rouge sang, celui qui macule les mains de Jiro.
En effet, les bannières jaunes et rouges des deux fils indignes, Taro et Jiro, se mêlent dans les flammes de même teintes pendant l'incendie dantesque du troisième château (le plus petit, celui dévolu à Saburo à l'origine puis occupé par Hidetora et sa suite). La mort de Taro, touché par un arquebusier à la solde de son frère alors qu'il contemple le chaos, étale une fleur pourpre sur sa tenue jaune, scellant la fusion des deux couleurs, désormais soumises à Jiro. Pourtant, ce dernier personnage n'est pas le seigneur et ne peut pas l'être; car surgissant de l'enfer, Tatsuya Nakadai nous offre une scène d'anthologie avec un Hidetora Ichimonji hagard, coiffure défaite, vêtu d'un kimono blanc (couleur du deuil) souillé par la fumée. Descendant lentement les marches, le regard fixe, tel un revenant, il force ses anciens soldats à reculer puis à s'écarter, libérant un chemin vers la porte principale qu'il emprunte avant de disparaître.
Finalement, il ne reviendra à la raison qu'en retrouvant Saburo, les deux hommes se comprenant enfin. Le fils cadet, qui a promis d'épouser la fille de Fujimaki après son bannissement, n'a cependant jamais cessé d'aimer son père, au point de partir à sa recherche en pleine bataille contre Jiro, quitte à risquer sa vie. Il la perdra, victime d'un tireur embusqué, et expirera dans les bras de son père, les yeux tournés vers un ciel étonnamment bleu... Quant à la bande-son, elle s'intègre parfaitement au décor, à tel point qu'on l'oublie quasiment dès que l'action prend le dessus, mais elle rehausse de façon splendide les passages contemplatifs et intimistes, notamment la scène finale ou Tsurumaru erre dans les ruines du château.







Chaos

Une fresque épique dramatique et spectaculaire au propos complexe et profond, magnifiée par des couleurs éclatantes. Une ode visuelle à la Folie mais surtout au Chaos, origine et fin de toute chose. Plus que l'histoire d'une famille, c'est celle du Japon de la guerre civile, une époque en proie au chaos "célébré" par Kurosawa dans un déchaînement de violence et de passion. Un film incontournable.

Dazo

Réalisation : Akira Kurosawa
Scénario : Akira Kurosawa, Hideo Oguni, Masato Ide
Oeuvre originale : William Shakespeare
Musique : Toru Takemitsu
Interprètes :
Tatsuya Nakadai - Hidetora Ichimonji
Peter - Kyoami Hidetora
Akira Terao - Taro Takatora Ichimonji
Jinpachi Nezu - Jiro Masatora Ichimonji
Daisuke Ryu - Saburo Naotora Ichimonji
Mieko Harada - Dame Kaede
Yoshiko Miyazaki -Dame Sue
Hitoshi Ueki - Nobuhiro Fujimaki
Hisashi Igawa - Shuri Kurogane
Masayuki Yui -Tango Hirayama
Jun Tazaki - Seiji Ayabe
Mansai Nomura — Tsurumaru


DVD film en couleur
Edition prestige: version japonaise - sous-titrée français ou en version française
Edition Criterion : japonais sous-titré anglais


Commentaires

#1 chinahouseokc.com

It has been part of their tradition to fight no matter if it will take their lives.

#2 FCN Business

The short story is very “realistic”, bearing in mind Reddock camp in Gothic 3

#3 starfire cigs

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this article. I am hoping the same best work from you in the future as well..

#4 صور مضحكة

You will find a lot of approaches after visiting your post. I was exactly searching for. Thanks for such post and please keep it up. Great work.

#5 صور حزينه

thanks alot

#6 صور اطفال

http://msry.org/%d8%b5%d9%88%d8%b1-%d8%a7%d8%b7%d9%81%d8%a7%d9%84.html

#7 صور بنات

http://msry.org/girls-pictures.html

#8 best pillow

The short story is very “realistic”, bearing in mind Reddock camp in Gothic 3

#9 192.168.o.1

I haven’t any word to appreciate this post.....Really i am impressed from this post....the person who create this post it was a great human..thanks for shared this with us.

#10 برامج

I’d should examine with you here. Which is not something I usually do! I get pleasure from reading a submit that can make folks think. Additionally, thanks for permitting

#11 Jual laptop

On the glimpse of this information sites, you could have received quite some practical knowledge having publishing.

#12 desert safari

There is nothing as calming and relaxing as (desert safari). It is my favorite spot in Dubai. When ever I am under pressure or tensed I would visit it and enjoy the peace there.

#13 http://www.domy-drevostavby-na-klic.cz/

Máte strach, že by se mohly některé věci časem pokazit a vy byste si museli nachystat spousty peněz na jejich opravu? Kdo by tyto obavy neměl? U staveb od společnosti Nízkoenergetické zděné domy a dřevostavby na klíč, s.r.o. si můžete být jisti mimo již jmenovaných certifikací kvality i několika nadstandardními zárukami. Začít bychom mohli při jejich vyjmenování celkem 33 let trvající záruční dobou vztahující se ke střešnímu systému od tradičního výrobce pálené tašky Tondach. Jde o jedinečnou all inclusive lhůtu pojímající kompletně celé pokrytí střechy pálenými taškami. Na konstrukci vašeho nového domu získáte záruku v době trvání 10 let. V neposlední řadě musíme vypíchnout ještě záruku all inclusive na jakékoli obtíže, které by vás eventuálně mohly při bydlení v novém domku potkat.

#14 21 Bets Casino Review

The procedure a person does may be very conveniently mirrored in your own articles; that you're an absolute pro. I would really prefer so as to add one other webpage into the endorsed styles everyone provided a while back. Talk to an individual's readership to visit internet.

#15 BO Millionaire Review

From check on your blog, you've gotten previously had a relatively good feel by means of making.

#16 How to make the Best Brisket

Looking through a person's blogs and forums would make people prefer to publish progressively more. I did so your we appeared to be really happy by using. Them aren't executed to the place nonetheless it’s striking. I'll give you actually the hyperlinks so you're able to look at them to do allow me to explain imagination.

#17 The Inside Trader

it's really nice and mean full. it's really cool blog. Linking is very useful thing.you have really helped lots of people who visit the blog and provide them useful information.

#18 Penny Millionaire

The excellent post went ahead and bookmarked your site. I can’t wait to read more from you.

#19 BO Millionaire

I agree with your blog and i will be back to check it more in the future so please keep up your work. Michael kors outlet love your content & the way that you write.

#20 https://www.mulebar.com/fr/shop/nutrition-sportive

I must research websites along with appropriate home elevators provided subject and supply these phones instructor the viewpoint and also the post.

#21 maritime personal injury lawyers

Ones own co-worker are by and large flaming as regards to an important pieces moreover at present Freezing understand how come.

#22 tummy tuck san antonio

By reason of an individual's newly released articles or blog posts, That i wil take advantage of one of the best composition provider throughout my best access.

#23 auto brake repair brampton

Very good topic, similar texts are I do not know if they are as good as your work out.

#24 icann

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this article. I am hoping the same best work from you in the future as well..

#25 college essay

I would like a few possibilities articles or reviews, Earn most popular, A totally free rather have a whole lot more knowledge with this, great deal of thought is particularly fascinating., Bless you will planned for making.

#26 whittier living trust

Work with me to create a comprehensive estate plan that takes care of your interests in the case of an accident, injury, or other situation where you are no longer able to care for yourself, and that directs the disposition of your assets following your death. If you do not have an estate plan the time for action is now. If your current plan was created before 2013, you may be in danger of having an outdated plan.

Ajouter un commentaire